Enter your keyword

post

Projet VBG

Projet VBG

Le projet de Violence Basées sur le Genre (VBG) est un projet de prévention et de prise en charge des violences sexuelles faites aux femmes dans les District d’Abidjan, de Yamoussoukro et  dans les villes de Bouaké, Katiola et de Dabakala.

OBJECTIFS

  • Apporter un appui aux survivantes identifiées
  • Offrir des services aux Jeunes Filles Vendeuse de Rue (JFVR)
  • Offrir des services aux communautés les plus exposées aux VBG
  • Renforcer les capacités de tous les acteurs intervenants dans la prise en charges des victimes

Activités réalisées et résultats obtenus

  • Appui et soutien aux survivantes : Ecoute, Appui médical, Appui psychosocial, Appui juridique et judiciaire, Visites à domicile …
  • 507 rencontres réalisées au profit des Jeunes Filles Vendeuses de Rue (JFVR)

200 séances de sensibilisation organisées avec les  communautés, les Organisations de Base (OB) et les plateformes sur des thématiques de viol, de  mariage forcé, les grossesses précoces, les MGF, la Maltraitance psychologique et émotionnelle, le VIH/ SIDA et le planning familial.

  • 182 rencontres d’écoute et d’orientation au profit de 182 cas de VBG.
  • 1 base de données des cas de VBG mise en place et fonctionnelle
  • Participation à la cérémonie d’installation du mécanisme de coordination régionale de la Politique Nationale de Protection de l’Enfance (PNPE).
  • 72 focus groups pour plus d’échanges sur une meilleure prévention des cas VBG.

DIFFICULTES RENCONTREES

  • Lenteur administrative dans le suivi des conventions de partenariat avec les différents services
  • Inactivité des plateformes VBG

  ANALYSE

  • Toutes Les survivantes reçues ont bénéficié d’une prise en charge intégrée.
  • Les Jeunes Filles Vendeuses de Rue se montrent de plus en plus disposées et réceptives aux messages de sensibilisation.
  • Communautés conscientes des maux qui minent leur milieu et prennent  l’engagement de les combattre par l’adoption et la mise en œuvre de diverses résolutions (Instauration d’une culture de dénonciation des cas de VBG, Porte plainte, Maitrise des mécanismes de prise en charge…..)